Contre-indications thérapeutiques

Le remède balnéaire à travers les actes thérapeutiques complexes agit sur le corps en influençant sa réactivité et sa capacité d'adaptation. Les réponses sont strictement individuelles, selon le type, le stade et la forme de la maladie, les maladies associées, les réserves fonctionnelles, l'âge et la provenance du patient. De là on resulte l'importance du choix judicieux des cas transmis, car un traitement inadéquat peut porter des préjudices à la fois aux patients et aux établissements sanitaires aussi. Pour éviter ces situations doivent être connues les contre-indications générales et spécifiques pour chaque groupe de pathologie.

Contre-indications générales
  • Affections fébriles aiguës et chroniques en poussées d'exacerbation aiguë.
  • Toutes les maladies infectieuses durant la période de contagiosité et de convalescence.
  • Les maladies vénériennes dans le stade de l'infectiosité.
  • Les états cachectiques, pour une raison quelconque.
  • Les tumeurs malignes, indépendamment de forme, localisation et stade évolutif.
  • Conditions d’hémorragie répétées et abondantes de n'importe quelle forme.
  • Les porteurs de pathogènes ou infestés de parasites.
  • La période de menstruation, la grossesse pathologique dans un mois normal et une grossesse normale de plus de 3 mois,
  • L'épilepsie.
  • Les maladies de sang ou de système avec un déclin général d'état (l’anémie, la leucémie, le lymphome).
  • Les psychopathies avec des désordres du comportement social.
  • L'alcoolisme chronique avec des désordres neuropsychiatriques.
  • Les toxicomanies.
  • Le diabète décompensé, à peine contrôlé par diète et traitement medical, surtout celui insulino-dépendant.
  • L'insuffisance cardiaque, hépatique ou rénale décompensée.

Contre-indications spéciales
  • Séquelles de valves après un rhumatisme articulaire aigu.
  • Polyarthrites rhumatoïde: les formes fébriles, systémiques (vascularite, hépatomégalie), des formes malignes, lupus, celles atteintes d'amylose.
  • La spondylarthrite ankylosante avec insuffisance respiratoire avancée, formes avec des lésions systémiques.
  • Fractures récentes noncàlleuses et sans contention interne suffisante, les fractures instables de la colonne vertébrale avec potentiel lésion secondaire médullaire, fractures osseuses pathologiques.
  • Polyneuropathies stade aigu, les neuropathies paranéoplasique, les neuropathies collagénoses.
  • Hémiplégie d’étiologie infectieuse, tumeur maligne, celle qui causent hémorragie avec une pression artérielle élevée difficile à contrôler sous traitement médical.
  • Cardiopathie ischémique douloureuse avec des crises fréquentes, indolore avec des perturbations graves de rythme et de direction, valvulopathie décompensée, insuffisance cardiaque décompensée, les patients avec une potentielle embolie.
  • Corde pulmonaire décompensée.
  • Athérosclérose cérébrale avancée avec des perturbations de comportement social.
  • Tuberculose pulmonaire active. Mycoses pulmonaires, bronchectasie avec des formes sévères hemoptoiques, silicotuberculoses, insuffisance pulmonaire manifestée.
  • Dyspnée de grade IV et V pour quelconque raison.
  • Asma bronchique avec de attaques fréquentes ou sensations de mal asmatiques.
  • Une infection bronchique avec expectorations purulentes intenses.
  • Ulcère à l'emplacement gastrique ou duodénal en poussée douloureuse, ulcère hémorragique les trois derniers mois, l'ulcère gastroduodénal récurrent, fistules gastro-intestinales, les syndromes de malabsorption, une cholécystite chronique avec lithiase fréquentes, hépatite chronique active, cirrhose de foie.
  • Les calculs rénaux avec hydronéphrose plus de I degré, la rétention d'azote, la glomérulonéphrite chronique, pyélonéphrites aigues ou chronique avec des phénomènes d'insuffisance rénale.